boulimie

Comment savoir si je souffre de boulimie ? Et comment me soigner ?

Comment savoir si je souffre de boulimie ? Et comment me soigner ?
Rate this post

  • La boulimie qu’est ce que c’est ?

  • La boulimie fait partie des TCA = Troubles des Conduites Alimentaires. Alors définissons dans un premier temps ce qu’est un trouble des conduites alimentaires.

  • Un trouble des conduites alimentaires :
    • est un comportement alimentaire que l’on qualifie de  pathologique, c’est à dire lorsqu’il se différencie de manière importante aussi bien sur le plan qualitatif que quantitatif de celui d’individus issus du même milieu (incluant les origines, le milieu social, environnemental …) et que ce comportement alimentaire a un impact négatif aussi bien physique que psychique sur la santé de cet individu. On parle de perturbations graves des conduites alimentaires.
    • Par cette définition, je ne dis pas que tous les individus issus des mêmes origines, appartement au même groupe social et vivant dans le même environnement, devraient avoir le même comportement alimentaire, il est évident que chaque patient a une alimentation qui doit lui être propre, mais retenez surtout la notion d’impact négatif sur la santé globale d’un individu.
  • La Boulimie  (Bulimia nervosa) fait donc partie des TCA, elle est définie dans le DSM IV, qui est le Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux, un tout petit bouquin de quelques 1000 pages, facile à lire ! idéal en livre de chevet 😉
  • La boulimie se caractérise par des épisodes répétés de crises de boulimie (au moins 2 fois par semaine depuis 3 mois, dans le DMS V, il suffirait d’1 seule crise par semaine depuis 3 mois), suivies de comportements compensatoires inappropriés tels que les vomissements provoqués, la prise abusive de laxatifs, de diurétiques, le jeûne, l’exercice physique intensif et excessif (réalisé dans des lieux et à des moments inappropriés ou lorsque le sujet pratique son activité en dépit de blessures ou de contre-indications médicales), le tout dans le but de compenser la prise alimentaire excessive et d’éviter la prise de poids.
  • Pour être plus précise, une crise de boulimie correspond donc à :
    • l’absorption dans une période de temps limitée (généralement inférieure à 2h), d’une quantité de nourriture largement supérieure à ce que la majorité de la population serait en mesure d’absorber dans les mêmes circonstances (faire la distinction entre repas classique et repas de fête où les prises alimentaires sont souvent augmentées pour l’occasion).
    • à la mise en place de comportements compensatoires suite à la crise de boulimie afin d’éviter de prendre du poids. On peut définir des sous-types de boulimie selon les méthodes utilisées ou non pour compenser une crise de boulimie :
      • type avec vomissements ou prise de purgatifs = purging type
      • type sans vomissement ni prise de purgatifs = non purging type
        • ici l’individu a recours à l’exercice physique excessif et/ou au jeûne
  • L’ individu atteint de boulimie éprouve généralement de la honte et tente un maximum de cacher sa maladie à son entourage. Il fera ses crises en toute discrétion afin que personne ne se doute de rien. Les crises de boulimie survient régulièrement lors d’un état de dysphorie (perturbation de l’humeur)qui est provisoirement et illusoirement soulagé par l’ingestion d’une grande quantité d’aliment mais qui une fois la crise terminée, s’accompagne d’un fort sentiment d’autodépréciation et d’une humeur basse voire dépressive. On parle de mésestime de soi.
  • L’individu atteint de boulimie ressent généralement une sensation de perte de contrôle de leur comportement alimentaire, de ne pas pouvoir s’arrêter,  la sensation de se dissocier de sa propre personne au cours d’une crise de boulimie.

Les individus réunissant l’ensemble des critères précédemment cités mais n’ayant pas recours à des comportements compensatoires inappropriés et qui prennent donc du poids, ne sont pas atteints de boulimie, on parle dans leur cas d’hyperphagie boulimique, le Binge Eating Disorder = BED. 

  • Quelles sont les complications de la boulimie ?

    • les vomissements et les diarrhées répétés entraînent des anomalies hydro-électrolytiques avec hypokaliémie, hyponatrémie et hypochlorémie, pouvant provoquer des troubles du rythme cardiaque (arythmie potentiellement fatale)
    • de nombreuses complications digestives :
      • Les vomissements répétés, augmentant l’acidité entraînent :
        • des atteintes gingivales et dentaires (perte importante et définitive de l’émail dentaire, fréquence accrue de caries dentaires)
        • des oesophagites, des hépatites, des pancréatites,  …
        • gonflement visiblement des parotides
      • des cycles menstruels perturbés …
  • Comment savoir si je souffre de TCA ? si je suis boulimique ?

Lors d’une consultation avec un professionnel de santé spécialisé en Nutrition et/ou en Micronutrition, ce dernier vous fera réaliser au cours d’un interrogatoire clinique, un questionnaire simple et rapide regroupant 5 questions, qui permettra de dépister si votre comportement alimentaire est pathologique ( et ce quelque soit le type de comportement pathologique : boulimie, anorexie, hyperphagie …)

Le questionnaire de SCOFF

  • Vous êtes vous déjà fait vomir parce que vous ne vous sentiez pas bien, « l’estomac plein », parce que vous vous sentez mal d’avoir trop mangé?
  • Craignez-vous d’avoir perdu le contrôle des quantités que vous mangez ?
  • Mangez-vous sans plaisir ?
  • Pensez-vous que vous êtes trop gros(se) alors que les autres vous considèrent comme trop mince ?
  • Diriez-vous que la nourriture est quelque chose qui occupe une place dominante dans votre vie, allant même jusqu’à dominer votre vie ?

source : Luck A.J and coll., The SCOFF questionnaire and clinical interview for eating disorders in general practice : comparative study, B.M.J., 325:755-6, october 2002

On retiendra également les critères de diagnostic suivants concernant la boulimie :

  • prise alimentaire excessive sur une durée limitée (2h) et répétée au moins 1 à 2 fois par semaine depuis 3 mois
  • mise en place de comportements compensatoires inappropriés afin de limiter les effets de la crise de boulimie (prise de poids) : vomissements, laxatifs, jeûne, sport excessif …
  • sentiment de perte de contrôle, de honte, d’autodépréciation et de mésestime de soi ( uniquement basée sur les critères physiques : poids et aspect de la silhouette)
  • sur un terrain dysphorique avec humeur dépressive

Si vous répondez par au moins 2 fois « OUI » aux 5 questions du questionnaire de SCOFF, il y a donc une forte suspicion à un comportement alimentaire pathologique, je vous inviterai donc à consulter un professionnel de santé spécialisé en Nutrition/Micronutrition afin qu’il vous propose une prise en charge adaptée.

  • Quelques pistes de prise en charge

Effet, si l’on dépiste une perte de contrôle de votre comportement alimentaire, alors notre objectif principal sera d’abord de prendre en charge votre TCA et non pas de vous faire perdre du poids. Si vous consultez un professionnel de santé car vous souffrez de boulimie, sa priorité sera dans un premier temps de supprimer les crises de boulimie et avant toute chose les comportements compensatoires inappropriés surtout lorsqu’il s’agit de vomissements car ils représentent un réel danger pour votre santé et créent un réel cercle vicieux de la boulimie.

Le but d’une consultation sera de comprendre votre fonctionnement, d’identifier les origines de votre troubles, de mettre en avant les facteurs déclenchants. La Nutrition Comportementale Individualisée propose une prise en charge adaptée avec notamment l’utilisation de la méthode ABCDE qui nous permettra d’analyser et de gérer au mieux le contexte de prise alimentaire, d’agir également sur votre manière de penser en appliquant la méthode de restructuration cognitive, en travaillant sur les émotions grâce à des techniques de Pleine Conscience, la cohérence cardiaque, la respiration abdominale par exemple … On recherchera les facteurs prédisposants  (comme les antécédents familiaux, l’éducation, les blessures pendant l’enfance), les facteurs déclenchants ( choc affectif, régimes restrictifs menés sans suivi…), les facteurs qui entretiennent le phénomène ( le fait de vivre seul, syndrome anxiodépressif …), on étudiera votre agenda des boulimies que vous devrez remplir en temps réel et qui vous permettra de prendre conscience de votre pathologie et d’avoir une démarche active.

Quelques astuces comportementales :

  • Lorsque vous faites vos courses :
    • jamais le ventre vide, pour éviter de craquer sur des aliments dans le but de vous « remplir » et de satisfaire votre appétit.
    • toujours utiliser une liste afin d’éviter de vous égarez et d’acheter des aliments dont vous n’auriez pas besoin
    • utiliser un panier à porter qui sera vite lourd et plein plutôt qu’un charriot que vous pourrez remplir bien plus !
    • évitez tous les rayons à risque : les biscuits sucrés, apéritifs, les boissons sucrées, alcoolisées, les produits industriels transformés, les plats préparés … allez à l’essentiel et surtout au naturel !
    • prévoir un montant que vous réglerez en espèces au lieu de la carte bleue
    • planifiez vos repas sur plusieurs jours voir sur une semaine et essayez de vous y tenir. Prévoyez à l’avance vos repas « joker » et ne pas les multiplier au risque de redéclencher des crises alimentaires.
  • Lorsque vous revenez des courses :
    • les ranger dans des placards avec portes, hors de votre vue afin de ne pas stimuler ce sens
    • ne faîtes pas de stock comme si on était à l’aube d’une guerre mondiale
  • Lorsque vous mangez :
    • mangez à heure régulière afin de resynchroniser vos horloges biologiques : toutes les 3 à 4 heures.
    • passez toujours à table, on ne mange pas debout !
    • évitez toute source de distraction comme la TV par exemple qui vous détournerait de votre action et vous ferait manger beaucoup plus sans même vous en rendre compte
    • utilisez des assiettes de petite dimension
    • ne vous servez pas à table ou du moins ne laissez pas le plat sur la table pour éviter la tentation de se servir une seconde fois
    • posez vos couverts entre toutes les 2 à 4 bouchées
    • prenez votre temps : en moyenne 30 min (un peu moins pour le petit-déjeuner)
    • mâchez !!! plus ou moins longtemps en fonction de la consistance des aliments.

Sachez que les rechutes sont une étape sur le chemin de la réussite, donc ne désespérez pas. Enfin une crise accidentelle n’est pas considérée comme une rechute. Certains spécialistes estiment qu’un patient est guéri de la boulimie lorsqu’elle ne présente plus que quelques crises espacées d’une semaine et qu’elle ne vomit plus. (Ce n’est toutefois pas la définition que j’utilise personnellement)

A votre Santé,

Micronutritionnellement vôtre, Anna POTTER

DISCLAIMER :

Ce Billet comme tous ceux que vous trouverez sur le blog, contient des informations en matière de micronutrition et de nutrition santé. Il ne se substitue en aucun cas à une consultation. Seuls des médecins et des pharmaciens formés à la Micronutrition pourront au cours d’une consultation vous proposer une prise en charge personnalisée en tenant compte de votre état de santé. Ils pourront alors compléter ces informations et vous proposer une alimentation adaptée et une complémentation sur mesure.
Le Blog de la Micronutrition 2.0 et son propriétaire dégagent toute responsabilité concernant les conséquences qui découleraient d’une utilisation abusive ou non des informations qui sont contenues dans cet article.  Une auto-médication dans le domaine des micronutriments peut s’avérer dangereuse et toxique, demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien formés à la Micronutrition. Afin de trouver un professionnel de santé spécialisé en Micronutrition, contactez  l’IEDM.

 

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *