fer

Déficit en Fer & Carences Martiales

Déficit en Fer & Carences Martiales
Rate this post

Le Fer est un micro nutriment extrêmement important pour notre santé dont le statut et les fonctions sont encore aujourd’hui mal connus et mal évalués.

Je vous propose donc cette fiche synthétique sur le fer en sachant qu’il ne s’agit que d’un résumé extrêmement simplifié et vulgarisé et que seul un professionnel de santé formé à la médecine nutritionnelle et fonctionnelle, sera en mesure d’évaluer votre statut et de vous conseiller une complémentation personnalisée ainsi que des habitudes alimentaires adaptées en tenant compte de votre état de santé globale. Rappelez-vous qu’il est indispensable d’avoir à la fois une approche personnalisée et précise mais aussi une approche intégrative de votre état de santé car nous sommes bien un ensemble de milliards de cellules qui communiquent toutes les unes avec les autres.

Pour écouter le PODCAST (version AUDIO), cliquez juste en dessous :

 

  • les fonctions du fer

Le fer assure de très nombreuses fonctions au sein de notre organisme qui souvent sont malheureusement limitées à celle du transport de l’oxygène dans l’héme. On attend donc régulièrement d’avoir une anémie hypochrome avant de s’intéresser plus précisément au statut en fer. Quelle erreur ! Quand on sait le nombre de réactions enzymatiques dans lesquelles le fer intervient :

  • transport de l’oxygène du poumon vers les tissus via l’hémoglobine
  • fixation de l’oxygène par la myoglobine
  • détoxication hépatique : notamment dans la phase I dite de fonctionnalisation où il y a une interventions des cytochrome oxydase (CYP P450 notamment). On a donc besoin d’un statut optimal en fer pour soutenir l’activité détoxiquante du foie qui est un des piliers de notre santé.
  • toutes les réactions chimiques d’hydroxylation comme :
    • celles de la stéroïdogénèse. On a donc besoin d’un statut optimal en fer pour avoir un bon équilibre hormonal.
    • celles nécessaires pour activer la vitamine D, qui est hydroxylée une première fois dans le foie puis une seconde fois dans les reins, pour obtenir la 1,25-dihydroxyVitamine D qui est la forme active de vitamine D. On a donc besoin d’un statut en fer optimal pour pouvoir bénéficier d’un statut en vitamine D active optimal et donc de ses nombreuses propriétés biologiques que je vous rappelle dans une autre fiche de synthèse dédiée à la vitamine D (cliquez-ici)
    • celles intervenant dans la synthèse de nombreux neuromédiateurs et de leurs précurseurs :
      • la tyrosine provient de l’hydroxylation de la phenylalanine, cette transformation est fer-dépendante. La tyrosine se transforme elle même en dopamine qui est un neuromédiateur extrêmement important considéré comme le starter de notre cerveau. Nous avons donc besoin d’un statut optimal en fer pour assurer la synthèse de dopamine et donc pouvoir bénéficier de ses effets sur notre motivation et notre humeur notamment.
      • de la même manière la synthèse de sérotonine dépend en partie de notre statut en fer qui est le cofacteur de la tryptophane hydroxylase qui permet la transformation du tryptophane en 5HTP pour obtenir la sérotonine. Ce neuromédiateur gère notamment notre humeur et notre comportement alimentaire pour les aliments sucrés.
  • dans la chaine de phosphorylation oxydative (respiration cellulaire), le fer joue un rôle capital au sein du premier moulin à proton donc il est le cofacteur, il contribue donc à la chaine de transport des électrons. On a donc besoin d’un statut optimal en fer pour assurer une activité mitochondriale optimale, limité la production radicaux libres et donc de stress oxydant et assurer une production d’énergie sous forme d‘ATP optimale.
  • le fer joue un rôle complexe dans les infections, que je n’aborderai pas dans cette fiche de synthèse par soucis de simplification.

 

 

  • l’évaluation du statut en fer

Aujourd’hui entre les recommandations officielles en médecine allopathiques et ce qui est fait réellement par les médecins allopathes et ce que l’on propose en médecine nutritionnelle et fonctionnelle, il y a parfois de grosses divergences.

L’évaluation du statut martial est complexe et on ne peut se contenter de doser le fer sérique qui n’a aucun intérêt.

Un bilan martial de première intention devrait prendre en compte  à minima le dosage de la ferritine et de la CRPus. Il serait également intéressant de doser la transferrine et le coefficient de saturation de la transferrine (CST). Dans certaines situations, en seconde intention, le dosage de l‘hepcidine pourrait être intéressant.

C’est à votre professionnel de santé formé à la biologie préventive et d’investigation de définir le bilan biologique le plus adapté et surtout à en interpréter les résultats en tenant compte de votre contexte clinique et de vos signes fonctionnels.

J’insiste sur ce point car vous ne vous résumez pas qu’à des résultats de bilans biologiques et leur interprétation doit toujours être envisagée en gardant à l’esprit la clinique que vous exprimez.

J’insiste également sur une notion importante, celle des valeurs optimales santé qui sont bien différentes des valeurs normales proposées par la majorité des laboratoires d’analyses biologiques. La fourchette allant de 15 à 250 pour une femme, on se doute qu’un statut à 30 n’a pas le même impact qu’un statut à 180. Il est donc important de se rapprocher d’une valeur optimale santé qui sera définie par votre professionnel de santé. Généralement bien que la généralisation soit à fuir dans le domaine de la santé, pour une femme en période d’activité génitale, la ferritine devrait être aux alentours de 75ng/mL.

Attention toutefois car des phénomènes inflammatoires peuvent masquer un déficit en fer, il est donc primordial de faire interpréter vos résultats d’analyse par un professionnel de santé compétent qui pourra en faire une analyse précise.

  • les mécanismes d’absorption du fer

  • La biodisponibilité du fer, c’est à dire le pourcentage de fer contenu dans un aliment ou dans un complément alimentaire qui va effectivement arrivé actif sur sa cible, dépend de nombreux facteurs.
  • L’assimiliation du fer, son stockage, sa libération, sont des mécanismes extrêmement régulés et complexes qu’il faut bien comprendre lorsque l’on souhaite optimiser un statut en fer.
  • Le récepteur par lequel le fer non héminique Fe2+, est absorbé s’appelle le DMT-1, il y a des mécanismes de compétitions avec d’autres micronutriments, car il s’agit d’un transporteur divalent, il faut donc éviter la prise de fer concommittante avec d’autres minéraux notamment

 

  • La biodisponibilité du fe dépend notamment de la forme sous laquelle est est présent :
    • fer héminique
      • contenu dans les viandes, ne représente que 6% des apports, mais a une excellente biodisponibilité de 40% environ, peu influencée par les autres aliments
      • le fer héminique de l’hémoglobine (4 anneaux porphyriques) est plus intéressant que celui de la myoglobine (1 seul anneau porphyrique)
      • plus la viande est rouge (myoglobine, plus elle est riche en fer, mais il n’est pas nécessaire de la manger saignante)
      • les abats et le boudin noir sont des meilleures sources de fer que la viande rouge
    • fer non héminique
      • contenu dans les végétaux, représente plus de 90% des apports alimentaires mais sa disponibilité est très mauvaise (entre 2 et 10%).
      • de plus son assimilation dépend de nombreux autres facteurs qui peuvent la diminuer fortement comme le pH. En effet le fer ferreux Fe2+ est beaucoup mieux absorbé que le fer ferrique Fe3+, il est donc intéressant d’avoir un apport en vitamine C qui permet de maintenir le fer sous l’état ferreux.

 

  • Risques de carences et apports

Il y a un risque de carences en fer :

  • lors de situations où les besoins en fer sont accrus (lors de la grossesse notamment)
  • lorsqu’il y a des pertes de sang (pendant les menstruations notamment)
  • lorsqu’il y a des apports insuffisants soient par manque d’apports alimentaires soit par difficulté d’assimilation (chirurgie gastrique, malabsorption …)

Le principal signe évocateur d’un déficit ou d’une carence en fer est la fatigue à la fois fatigue physique et fatigue psychique.

La complémentation en fer sera déterminée par votre thérapeute, voici les principes généraux à avoir en tête lors du choix du nutricament utilisé :

  • sels ferreux mieux assimilés que sels ferriques
  • l’assimilation du fer est plus importante sur un estomac vide (pas nécessairement à jeun le matin, mais à distance des repas)
  • l’absorption du fer est améliorée par :
    • la vitamine C (acide ascorbique) améliore l’absorption du fer
    • l’acidité gastrique
    • le fer présent sous forme héminique
    • les taux bas de réserve en fer (le monde est bien fait tout de même)
    • les besoins accrus en fer comme pendant une hémorragie, la grossesse

 

  • l’absorption du fer est entravée par :
    • l’acide phytique que l’on retrouve dans les céréales complètes notamment et dans le chocolat
    • les tannins que l’on retrouve dans le thé, le café, le vin
    • l‘acide oxalique que l’on trouve dans le thé, le cacao, les épinards
    • les polyphénols contenus dans le thé et le café
    • la complémentation concomitante en calcium, zinc, manganèse 
    • les anti-acides tels que les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP comme le Mopral, l’inexium) diminuent l’absorption du fer

 

  • Où trouver du fer ?

La légende urbaine de la richesse des épinards en fer et l’histoire de Popeye duel à une erreur de frappe d’une secrétaire qui a multiplié par 10 le taux de fer contenu dans les épinards ! Certes les épinards contiennent du fer mais peu biodisponible.

Les apports alimentaires de fer sont excellents dans les produits animaux suivants :

  • abats (foie, gésier) BIO de volailles
  • boudin noir BIO
  • viandes rouges BIO

les apports alimentaires de fer sont intéressants dans les produits végétaux suivants malgré leur moins bonne biodisponibilité :

  • abricot sec
  • figues séchées
  • dattes
  • céréales enrichies

  • Et les excès en fer ?

Les excès en fer sont tout aussi délétères que les carences : le fer étant pro-oxydant via la réaction de FENTON et la production de radicaux libres notamment.

Une pathologie due à une absorption excessive de fer est l’hémochromatose qui est une maladie génétique héréditaire. Cette pathologie entrainant à terme des lésions irréversibles du foie qui se trouve être l’organe de stockage du fer.

 

Le fer est donc un micro nutriment indispensable de notre santé à double face, dont il faut savoir évaluer le statut afin de l’optimiser. N’hésitez pas à consulter un professionnel de santé qui pourra évaluer votre statut martial et vous proposer une prise en charge adaptée à votre état de santé.

à votre santé, Anna POTTER

 

DISCLAIMER :

Ce POST comme tous ceux que vous trouverez sur le blog, contient des informations en matière de micronutrition et de nutrition santé. Il ne se substitue en aucun cas à une consultation. Seuls des médecins et des pharmaciens formés à la Micronutrition pourront au cours d’une consultation vous proposer une prise en charge personnalisée en tenant compte de votre état de santé. Ils pourront alors compléter ces informations et vous proposer une alimentation adaptée et une complémentation sur mesure.
Le Blog de la Micronutrition 2.0 et son propriétaire dégagent toute responsabilité concernant les conséquences qui découleraient d’une utilisation abusive ou non des informations qui sont contenues dans cet article.  Une auto-médication dans le domaine des micronutriments peut s’avérer dangereuse et toxique, demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien formés à la Micronutrition.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *