LIEN ENTRE MICROBIOTE(S) ET SANTE – ITW Dr Didier CHOS président de l’IEDM

LIEN ENTRE MICROBIOTE(S) ET SANTE – ITW Dr Didier CHOS président de l’IEDM
Rate this post

pour découvrir la version VIDEO sur Youtube : 

 

Bonjour et bienvenue sur la Micronutrition 2.0, je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui en compagnie du Dr Didier CHOS, président de l’IEDM, l’institut qui regroupe et forme les professionnels de santé pratiquant la Micronutrition en France et en Europe.

microbiote

Anna POTTER : Bonjour Dr CHOS. Tout d’abord merci de nous faire l’honneur de votre présence sur le blog et sur la chaine youtube de la Micronutrition 2.0 pour cette seconde fois.

Dr Didier CHOS  : C’est un plaisir pour moi, et ça me donne l’occasion de vous féliciter et vous remercier pour la qualité du travail de ce blog que vous animez Anne avec beaucoup de sérieux et de compétence.

Anna POTTER : Merci pour vos encouragements, c’est avec plaisir et une immense passion que je m’atèle à partager et vulgariser les concepts de la Micronutrition à mes lecteurs.


Question 1

Anna POTTER : Nous sommes réunis aujourd’hui pour discuter du ou des microbiotes, l’un des piliers de notre santé.

Ce microbiote qui d’une part intéresse particulièrement le monde médical et scientifique, au vue de nombre de publications grandissant sur le sujet et qui d’autre part fait l’objet de nombreux ouvrages grands publics qui font partie des best sellers de nos librairies.

Pourriez-vous nous définir en quelques mots ce qu’est le Microbiote et vous confirmez-nous l’intérêt grandissant des professionnels de santé pour ce supra organisme au cœur de notre santé ?

Dr Didier CHOS 

Le microbiote intestinal fait partie des thèmes de recherche les plus importants de la science actuelle, et bien entendu intéresse de nombreux professionnels de santé, en particulier ceux qui avant que la science nous apporte autant d’éléments partageaient cette conviction et la mettaient en application dans leur activité quotidienne.

Le microbiote intestinal représente la population bactérienne la plus importante de notre organisme entre 30 et 50.000 milliards de bactéries qui jouent chaque jour des rôles très importants ayant un impact considérable sur notre état de santé.

Anna POTTER : Il est vrai que vous faites partie des premiers à vous être intéressé au microbiote intestinal il y a déjà de nombreuses années et on espère que les médecins allopathes seront de plus en plus nombreux à lui accorder l’attention qu’il mérite dans la prise en charge de leurs patients au regard des études scientifiques actuelles.


Question 2 :

Anna POTTER

Le feu des projecteurs est essentiellement braqué sur le Microbiote intestinal qui comprend 30 000 à 50 000 milliards de bactéries. Mais il existe d’autres microbiotes dont on parle beaucoup moins, pourriez-vous nous en dire quelques mots ?

Dr Didier CHOS

Après avoir commencé à explorer le microbiote intestinal en 2006 avec des techniques très modernes de séquençage génomique à haut début, les chercheurs ont élargi leur champ d’action sur le microbiote vaginal, le microbiote buccal , le microbiote de la peau.

Aujourd’hui d’autres microbiotes commencent à être étudiés comme celui du globe oculaire, de l’appareil urinaire, des poumons.

Anna POTTER : Effectivement, nous sommes à l’aube de grandes découvertes et nous devrions à ce titre rester humble devant l’immensité des connaissances qu’il nous reste à découvrir en nous tenant au fait de l’actualité de la recherche médicale et scientifique et en ayant la capacité de remettre en question nos connaissances et en faisant la chasse aux idées reçues.


Question 3

Anna POTTER

Le lien entre microbiote intestinal et troubles digestifs semble évident au plus grand nombre d’entre nous. Qu’il s’agisse de troubles du transit, de ballonnements … on fait aujourd’hui facilement le lien entre troubles fonctionnels intestinaux, maladies inflammatoires chroniques de l’intestin et le microbiote intestinal.

Le lien entre déséquilibre de microbiote intestinal et pathologies extra-digestives semble moins évident.

Pourriez-vous nous citer quelques exemples de pathologies qui pourraient être en lien avec une dysbiose ?

Dr Didier CHOS

Pour bien comprendre ce problème, il faut savoir que le microbiote est intimement liée à la muqueuse intestinale, celle-ci étant au contact des cellules du Système Immunitaire Intestinal. A eux trois ils forment les 3 unités ce que l’on appelle l’écosystème intestinal et sont en interaction permanente.

Lorsque le microbiote se déséquilibre, on parle de dysbiose, la muqueuse a tendance à s’enflammer, perd de son étanchéité, et une augmentation e de la perméabilité apparait ; l’intestin devient poreux, se comporte comme une véritable passoire ; des débris alimentaires et microbiens entrent dans l’organisme, et peuvent aller perturber à distance certains organes et provoquer des douleurs, des infections, des allergies ;

Parfois ces éléments déclenchent une inflammation métabolique, parfois ils vont aller jusqu’au cerveau, et déclencher des troubles anxio-dépressifs, voire participer aux manifestations neurologiques comme l’autisme.


Questions 4

Anna POTTER

Les signes fonctionnels pouvant nous faire nous interroger sur l’équilibre du microbiote intestinal sont donc très divers tant le microbiote intestinal interfére avec l’ensemble de notre organisme. Et il est donc important d’envisager chaque patient dans son ensemble et de ne pas fonctionner organe par organe, le microbiote intestinal faisant le lien entre eux. C’est là tout l’intérêt d’une prise en charge globale.

Néanmoins quels sont les signes fonctionnels principaux présents dans une dysbiose ?

Dr Didier CHOS

Une dysbiose peut être bruyante et notamment entrainer des troubles fonctionnels intestinaux, comme des ballonnements, des douleurs, des troubles du transit.

Chez certains, une intolérance à certains aliments peut apparaitre, et chez d’autres c’est une perturbation à distance qui sera le 1er signe.

En pratique il faut être vigilant chez les patients qui depuis longtemps ont des problèmes digestifs, et également, il faut savoir remonter à l’intestin devant une céphalée, des douleurs articulaires, des infections chroniques, un eczéma cutané, une fatigue traînante…

Anna POTTER : Il faudrait donc systématiquement investiguer ce pilier de l’écosystème digestif qui est au cœur de notre santé et qui se trouve régulièrement être le point de départ de troubles extra-digestifs.


Question 5

Anna POTTER

Avec l’évolution de la biologie d’investigation et l’utilisation de l’ARN16S, il est aujourd’hui possible de déterminer la carte d’identité microbiotique de chaque individu. D’autres analyses sont également proposées pour évaluer l’équilibre, la diversité et la fonctionnalité du microbiote intestinal.

Que pensez-vous de ces différents types d’explorations et de leur intérêt  au vue de leurs tarifs relativement onéreux ?

Dr Didier CHOS

Les explorations biologiques commencent à devenir de plus en plus sophistiquées.

La carte d’identité du microbiote commence à être proposée comme la carte du génome humain. Peut-on à partir de ces cartographies faire un diagnostic qui permet de proposer le traitement et l’alimentation personnalisés, je n’en suis pas encore personnellement convaincu.

Par contre l’utilisation des marqueurs de l’inflammation digestive, de la perméabilité intestinale, la recherche des éléments perturbateurs comme le candida albicans, l’exploration de la réaction immunitaire contre la gliadine pour y voir plus clair avec les personnes sensibles au gluten, tout cela me parait très pertinent.

Anna POTTER : Effectivement il ne faudrait pas tomber dans la sur-prescription de bilan biologique comme cela a pu être le cas pour les bilans d’intolérance alimentaire par exemple.


Question 6

Anna POTTER

On sait aujourd’hui que certaines conditions hygiéno-diététiques perturbent l’eubiose. On parle notamment des pesticides, de l’alcool en excès mais aussi du mode d’accouchement et d’allaitement.

Pourriez-vous nous rappeler les éléments et évènements principaux pouvant entrainer une dysbiose ?

 Dr Didier CHOS

Il est clairement établi que l’installation du microbiote à la naissance joue un rôle très important ; l’état de la flore de maman pendant la grossesse doit retenir l’attention des professionnels de santé pendant la grossesse.

Les conditions de l’accouchement jouent un grand rôle, et plus aucune césarienne non justifiée ne devrait être pratiquée. Une alimentation naturelle du bébé doit être favorisée si l’état de la santé de la maman le permet ; enfin dans les premières semaines et les premiers mois l’utilisation des antibiotiques doit être soigneusement décidée.

Après les fameux 1000 jours qui entourent la naissance, les principaux perturbateurs du microbiote vont être l’alimentation inadaptée (sucré-gras) et tous les pesticides, additifs, conservateurs ; les infections digestives ; le stress ; les médicaments au long cours ou répétés en particulier les antibiotiques, les anti-inflammatoires, les IPP (inhibiteurs de la pompe à protons) largement prescrits dans les brûlures gastriques.

Anna POTTER : C’est un point qu’il me semble capital à retenir : l’impact de cette période des 1000 jours qui entourent la naissance et l’importance de la périconception pour la santé du futur enfant. Chaque futurs parents devraient pouvoir profiter d’une prise en charge micronutritionnelle dès le désir de grossesse.


Question 7

Anna POTTER

L’équilibre du microbiote et le maintien de sa diversité sont donc un travail de chaque jour, est-ce que vous auriez quelques conseils pratico-pratiques à donner à nos abonnés ?

Dr Didier CHOS

Penser à rééduquer son microbiote sur le plan alimentaire en prenant son temps ; faire confiance à ses propres tolérances en ré-introduisant les aliments favorables au microbiote (ceux qui ont des effets prébiotiques), de manière progressive.

Attention aux manipulations alimentaires, qui revendiquent des effets magiques : régimes exclusifs SANS, diètes prolongées de plus de 2 ou 3 jours : le microbiote n’aime pas être privé, et dès que possible il se venge.

Anna POTTER : C’est certain que ces régimes aux multiples évictions conduits sur de longues périodes sans qu’une prise en charge éclairée ne soit mise en place par un professionnel de santé, entraînent déficits et carences.


Question 8

 Anna POTTER

Que pensez de la complémentation en probiotiques que l’on confond souvent avec les prébiotiques ?

Dr Didier CHOS

Les probiotiques sont des bactéries vivantes qui sont font partie des bactéries amies du microbiote. En cas de dysbiose, ils sont intéressants sinon indispensables, encore faut-il que leurs propriétés soient clairement connues.

Aujourd’hui nous disposons d’une offre assez large et les médecins et pharmaciens formés à la micronutrition savent quels sont ceux qui méritent d’être conseillés.

Anna POTTER : C’est un point vraiment important que vous soulevez là : il est indispensable de ne pas se complémenter à l’aveugle sur les conseils de son voisin. Les compléments alimentaires étant en vente libre, ont été banalisés à outrance. Ils peuvent être aussi efficace qu’inefficace voire dangereux et c’est pour cela que nous vous recommandons de demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien formés à la Micronutrition avant de vous complémenter. Ils pourront juger de l’utilité de vous conseiller tel ou tel micronutriment et d’en définir la posologie adaptée à votre état de santé.


Question 9

Anna POTTER

Et pour en savoir plus, nous vous invitons à participer à la campagne nationale d’information sur les liens entre microbiotes et santé qui aura lieu dans toute la France à partir du 6 octobre.

Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur cette campagne et sur le programme des conférences.

 Dr Didier CHOS

En fait toute l’actualité des recherches sur les microbiotes sont encore peu connues du grand public ; c’est une initiative heureuse du Groupe Pileje très engagé dans cette recherche, que de proposer une information dans 10 villes de France au grand public pour faire un point clair, simple et pédagogique sur l’état des connaissances dans ce domaine.

Ces conférences seront interactives et chaque participant grâce à un questionnaire pourra faire le point sur l’état de ses microbiotes…

J’aurai d’ailleurs le plaisir et l’honneur de lancer cette campagne à Paris le vendredi 6 octobre à 19h ; le lieu et les inscriptions à cette conférence et aux autres sont disponibles directement sur le site :

www.microbiotes-sante.fr

Anna POTTER

On espère donc vous voir nombreux à participer à cette campagne afin d’éveiller les consciences sur l’importance des microbiotes qui sont au cœur de notre santé.


Anna POTTER : On espère également que cette vidéo d’information vous aura plu et vous aura donné envie d’en savoir encore plus.

Merci Dr Didier Chos pour votre présence parmi nous et le travail que vous réalisez au quotidien pour promouvoir l’intérêt de la Micronutrition et votre investissement personnel dans la formation des professionnels de santé qui souhaitent se spécialiser en Micronutrition

Dr Didier CHOS

C’est moi qui vous remercie Anne et encore une fois toutes mes félicitations pour votre travail, et longue vie au site www.lamicronutrition2point0.com

 

Longue vie à la Micronutrition !

 

A votre santé, Anna POTTER

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
recherches utilisées pour trouver cet articleiedm micronutrition, microbiotes-sante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *