Pourquoi notre alimentation contemporaine nous tue à petit feu ?

Pourquoi notre alimentation contemporaine nous tue à petit feu ?
5 (100%) 1 vote

Depuis plusieurs décennies, nous assistons impuissants à la dérive de notre alimentation traditionnelle vers une alimentation contemporaine qui s’éloigne de plus en plus dangereusement de nos besoins fondamentaux encodés par notre génétique.

Cette dégradation de notre alimentation principalement due aux diverses manipulations de l‘industrie agro-alimentaire, est à l’origine de nombreuses pathologies dites de civilisation, chroniques et dégénératives avec une explosion des cancers et notamment une mondialisation de l’épidémie d’obésité.

En Micronutrition et en Médecine Fonctionnelle et Nutritionnelle, nous nous intéressons d’une part à la fraction énergétique de l’assiette, ce que l’on appelle les macronutriments : glucides, lipides et protéines et d’autre part à la fraction non énergétique de notre assiette,  qui correspond aux micronutriments eux même composés par différentes familles telles que les vitamines, les minéraux, les polyphénols, les fibres …

C’est cette seconde partie qui est particulièrement menacée par notre alimentation moderne, on parle alors d’insuffisance de densité nutritionnelle des aliments. Ces derniers apportent toujours plus de calories (partie énergétique) et de moins en moins d’éléments essentiels et protecteurs (non énergétiques).

Pour découvrir la version vidéo, c’est par ici :

Alimentation moderne VS alimentation traditionnelle

En effet notre alimentation contemporaine présente les inconvénients suivants :

  • une densité énergétique de plus en plus élevée qui :

    •  d’une part, n’est plus compensée par des dépenses énergétiques équivalentes et importantes : on mange plus et on bouge moins, on prend donc du poids du fait du déséquilibre de cette balance entrée/sortie calorique
    • d’autre part, cet excédent énergétique, devant être géré par nos mitochondries, celles-ci ne disposant plus de certains micronutriments indispensables, n’arrivent plus à fonctionner de manière optimale

 

obésité

 

  • un déséquilibre de plus en plus important de la balance omégas 6/omégas 3

    • ce rapport devant idéalement être de 3/1 voir de 1/1, augmente dangereusement jusqu’à atteindre des sommets de 50/1 aux USA !
    • notre alimentation moderne nous apporte donc toujours plus d‘omégas 6 au détriment des omégas 3
    • c’est le grand responsable de l’inflammation qui fait aujourd’hui le lit de toutes les pathologies chroniques.

 

l'huile d'olive est riche en acide gras mono insaturé, oméga 9

 

  • un déséquilibre de la balance sodium/potassium

    • ce rapport permet de gérer notre équilibre acido-basique
    • aujourd’hui, ce dernier est de plus en plus déséquilibre en faveur de l’acidose
    • notre alimentation moderne nous sature en sodium via tous les aliments transformés riches en sels cachés
    • on sait aujourd’hui que le déséquilibre acido-basique est également un des facteurs de risque de développer une pathologie chronique.

 

 

  • un manque de plus en plus important de micronutriments protecteurs

    • c’est donc la partie non énergétique de notre assiette qui est dangereusement amoindrie
    • nous savons aujourd’hui l’importance de ces familles moléculaires comme les polyphénols, les caroténoïdes dans la régulation du stress oxydant et la protection contre les radicaux libres.
    • Le stress oxydant est un des autres facteurs de risque de développer une pathologie de civilisation.
    • Se pose le problème de l’appauvrissement de notre alimentation en MAKs (modulateurs de l’activité des kinases), ces derniers se développant des les fruits lorsque ceux-ci murissent naturellement avant d’être mis sur le marché, ce qui n’est actuellement que très rarement le cas, difficile de trouver des fruits mûrs sur les étalages aujourd’hui.

 

micronutriments anna potter

 

  • un apport en fibres de plus en plus faible

    • du fait de l’appauvrissement de notre assiette en légumes, légumineuses, fruits et céréales complètes, nous manquons cruellement de fibres
    • les apports conseillés étant de 30g par jour ce qui correspond à 100g de ces différentes catégories alimentaires
    • les fibres ont un rôle essentiel car pour certaines elles sont dites prébiotiques car elles sont le substrat énergétique de probiotiques permettant de maintenir notre microbiote (flore intestinale) en eubiose.
    • On sait aujourd’hui l’importance de notre microbiote intestinal, de son bon équilibre, des conséquences d’une dysbiose sur notre état de santé et également des problèmes majeurs engendrés par un trouble de la perméabilité intestinale, appelé « leaky gut » ou « hyperperméabilité intestinale« .
    • Attention à la grande tendance après celle des régimes sans lactose et sans gluten, du régime sans FODMAPS (nous venant tout droit d’Australie). Certes dans certaines situations pathologiques bien précises (SIBO), ce dernier doit être envisagé par un professionnel de santé et mis en place sur une période bien déterminée mais ce obligatoirement en parallèle d’une prise en charge globale comprenant le traitement de la dysbiose intestinale afin de pouvoir ré-introduire progressivement au cas par cas les FODMAPS. Mal conduit, ce type de régime imposant de très nombreuses évitions alimentaires, peut engendrer des déficits et des carences importantes en micronutriments indispensables. A ne JAMAIS envisager sans un suivi avec un professionnel de santé compétent en Nutrition et en Micronutrition.

 

 

  • des apports en aliments transformés présentant des indices glycémiques de plus en plus élevés

    • notre alimentation moderne est de plus en plus riche en aliments industriels transformés, en sucres raffinés, en sucres ajoutés
    • l’indice glycémique correspond à la capacité d’un aliment à élever la glycémie (par rapport au standard glucose)
    • on sait aujourd’hui que cette augmentation des IG est en grande partie responsable de l’épidémie de surpoids et d’obésité d’une part et des troubles du métabolisme glucide-insulinique avec apparition de l’insulinorésistance et du syndrome métabolique notamment faisant le lit du diabète de type II et plus généralement des maladies cardio-métaboliques
    • La glycation encore appelée stress carbonyle est un des 2 mécanismes (avec le stress oxydant) responsable du vieillissement prématuré et de l’apparition des maladies chroniques. Il s’agit d’une réaction chimique décrite dans l’art culinaire comment étant la réaction de maillard : soit la caramélisation : chauffer à haute température du sucre en présence d’une protéine et vous obtenez des aliments aussi délicieux qu’ils ne sont toxiques sur le long terme (croustillant de la baguette, de la crème brulée, de la brioche, des gratins …). Il faudrait donc éviter ce type d’aliments dits glyqués.
    • On a longtemps diabolisé les graisses et les juger coupables des problèmes de surpoids et d’obésité mais on sait aujourd’hui que les grands coupables sont le sucre et l’insuline.

sucreries

 

De ce constat alarmant, nous ne pouvons plus nous contenter de cette alimentation moderne qui nous est imposée, nous devons rétablir ces différents équilibres et nous intéresser de près à la densité nutritionnelle de notre assiette car aujourd’hui il semble évident qu’à elle seule, elle ne saurait satisfaire et optimiser nos besoins en micronutriments, ces derniers vous l’aurez compris ayant un rôle essentiel dans le maintien de notre état de santé optimal et la prévention des maladies de civilisation.

C’est ce en quoi la Micronutrition et la Médecine Fonctionnelle, vont au-delà de la simple approche classique nutritionnelle, qui s’intéresse particulièrement à la partie énergétique de l’assiette d’une part et qui garde une approche purement quantitative et qualitative de l’alimentation.

Il s’agit vous l’aurez compris d’avoir une approche fonctionnelle de l’alimentation, de s’intéresser à la partie énergétique mais aussi à la partie non énergétique et de s’assurer d’une part que la baisse de densité nutritionnelle de notre assiette soit correctement compensée par une complémentation personnalisée, précise et adaptée à chaque individu et d’autre part que tous les piliers nécessaires à la bonne utilisation des nutriments et micronutriments contenus dans notre assiette, fonctionnent de manière optimale.

Nous ne pouvons donc pas nous proclamer « spécialistes en nutrition » si nous ne nous intéressons pas à tout le processus de la digestion, à l’état de notre microbiote, à la perméabilité intestinale, à la composition de nos membranes cellulaires en acides gras, aux mécanismes de détoxication hépatique, à l’activité mitochondriale, à l’équilibre acido-basique, au stress oxydant et à l’inflammation !

Bref, vous l’aurez compris, c’est tout un programme, qui est loin d’être simple et qui est si vaste que nous n’aurions pas assez de toute une vie pour en maitriser tous les détails, d’où l’importance capitale à accorder à la formation continue, à l’entretien de nos connaissances en gardant en tête que la connaissance d’aujourd’hui n’est sans doute pas celle de demain.

Un conseil, ne vous laissez pas berner par la mauvaise foi de l’industrie agro-alimentaire et du lobby pharmaceutique, ne vous laissez pas manipuler par le marketing alimentaire de plus en plus agressif et gardez un regard critique sur notre alimentation moderne.

Enfin n’oubliez pas que vous êtes un individu unique de part votre épigéntique, votre polymorphisme génétique et votre microbiote, alors ne vous contentez pas de manger comme votre voisin même si apparemment pour lui cela fonctionne bien, parce que vous n’êtes pas votre voisin et que vous méritez d’avoir une alimentation et une complémentation adaptée à vos propres besoins !

à votre santé, Anna POTTER

 

DISCLAIMER : Ce POST comme tous ceux que vous trouverez sur le blog, contient des informations en matière de micronutrition et de nutrition santé. Il ne se substitue en aucun cas à une consultation. Seuls des médecins et des pharmaciens formés à la Micronutrition pourront au cours d’une consultation vous proposer une prise en charge personnalisée en tenant compte de votre état de santé. Ils pourront alors compléter ces informations et vous proposer une alimentation adaptée et une complémentation sur mesure.
Le Blog de la Micronutrition 2.0 et son propriétaire dégagent toute responsabilité concernant les conséquences qui découleraient d’une utilisation abusive ou non des informations qui sont contenues dans cet article.  Une auto-médication dans le domaine des micronutriments peut s’avérer dangereuse et toxique, demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien formés à la Micronutrition. Afin de trouver un professionnel de santé spécialisé en Micronutrition, contactez  l’IEDM.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *